Nouvelles

Les enfants de la maternelle doivent rester à la maison à cause d'un rhume


Infections à la maternelle: "Le nez qui coule n'est pas un symptôme corona typique"

Chez les enfants, un nez qui coule n'est en soi rien d'inhabituel. De nombreux parents constatent actuellement que leur enfant sera exclu de la garderie même avec les moindres symptômes du rhume en raison d'une suspicion d'infection à coronavirus. Est-ce justifié? Entretien avec un pédiatre.

Un nez qui coule suffit et l'enfant doit rentrer à la maison. Les garderies ont été soumises à une réglementation stricte en raison de la pandémie corona. Un pédiatre explique pourquoi les exigences sont exagérées.

A peine de retour à la garderie et déjà de retour à la maison

Dès que les garderies ont été ouvertes à tous les enfants du pays, les premiers enfants étaient déjà de retour à la maison. La raison: dans la plupart des États fédéraux, en raison des exigences d'hygiène, les installations sont tenues de renvoyer les enfants à la maison même avec des symptômes de rhume légers.

Pas de réglementation uniforme

La manipulation des installations s'apparente à une croissance sauvage: certaines garderies exigent que les pédiatres délivrent un certificat destiné à exclure une maladie avec le coronavirus Sars-CoV-2. D'autres exigent que les enfants aient un résultat de test corona négatif, tandis que d'autres ne le font pas.

Le pédiatre doute que cela ait du sens

Jakob Mask a un cabinet de pédiatre à Berlin-Schöneberg et est le porte-parole de l'association professionnelle des pédiatres. Une conversation sur la signification des lignes directrices de la politique et ce que les parents peuvent espérer. Il y a de plus en plus de cas dans lesquels les jardins d'enfants envoient des enfants à la maison avec un rhume normal. Entretien avec Jakob Mask

À votre avis, dans quelle mesure est-il judicieux de définir un rhume comme critère d'exclusion?

Masque de Jakob: "C'est complètement absurde. L'écoulement nasal n'est pas un symptôme typique d'une maladie corona, mais un symptôme normal du rhume. Le premier jour d'allaitement, les enfants subissent 10 à 15 infections, le second il y en a encore 5 à 10. "

C'est l'été maintenant, et pourtant de nombreux enfants ont froid en ce moment. La théorie est-elle correcte selon laquelle ils rattrapent maintenant les infections qu'ils n'avaient pas en raison des fermetures de printemps?

masque: "Je ne sais pas si on peut parler de rattrapage. Mais une chose est claire: depuis la réouverture des garderies, plus d'enfants se sont regroupés et les infections se sont propagées plus facilement. Mais ils n'ont pas nécessairement quelque chose à voir avec Corona. "

Si les garderies envoient plus systématiquement à la maison des enfants malades ou supposés malades, cela réduira le taux de maladie global parmi les enfants et les éducateurs. Mais qu'est-ce que cela signifie pour le système immunitaire de l'enfant?

masque: "Voilà le problème: à un moment donné, nous devons tous traverser des maladies, le plus tôt sera le mieux. Sinon, l'accumulation des défenses du corps se déplacera de plus en plus en arrière. "

Si le nez qui coule n'est pas une raison pour renvoyer les enfants à la maison, quels sont les symptômes?

masque: «Il est toujours vrai que les enfants fébriles - on parle d'une mesure rectale à partir de 38,5 degrés - doivent rester à la maison avec diarrhée, vomissements ou fatigue générale. Et, bien sûr, il est logique dans des cas individuels de ne pas envoyer l'enfant à la garderie s'ils soupçonnent Corona - par exemple, parce qu'ils ont eu un contact étroit avec une personne infectée. "

Certains établissements exigent également un certificat, appelé dossier médical, du pédiatre avant que le fils ou la fille puisse retourner dans leur groupe. Que faut-il en faire?

masque: «En tant qu'association, nous nous sommes positionnés très clairement. Avec les maladies infectieuses banales, il n'y a aucun besoin médical de délivrer des certificats. Je pense que c'est absurde à la fois médicalement et économiquement. Parce qu'un parent doit alors retourner à la pratique avec l'enfant pour obtenir un certificat et ne peut pas retourner travailler pendant une journée. "

Faut-il craindre que les parents envoient leur enfant avec des suppositoires ou du jus de fièvre à la garderie en automne et en hiver en désespoir de cause?

masque: "Il y a des cas où les parents font déjà cela. Mais je ne pense pas que cela augmentera. Parce que la plupart des parents s'inquiètent pour leur enfant lorsqu'ils sont malades. "

Les enfants ont été traités de manière particulièrement sévère dès le début de la pandémie - bien que de nombreuses études aient depuis réfuté le fait que les enfants courent un grand risque d'infection. Comment expliquez-vous celà?

masque: «La politique n'a jamais pris la perspective des enfants, pas tout le temps. Les restrictions décidées étaient correctes. Mais l'assouplissement était bien trop tardif pour les garderies et les écoles. Les dommages collatéraux ont été simplement acceptés, que les enfants ont perdu les liens, qu'ils ont moins appris. Les enfants ont été dépeints comme de super épandeurs. Nous savons qu'il y a peu de danger pour eux. Néanmoins, de nombreux éducateurs et enseignants ont très peur d'être infectés. Vous devez prendre cela au sérieux. "

Avez-vous des conseils à donner aux parents sur la façon de traverser les saisons d'automne et d'hiver avec leurs enfants?

masque: "Gardez votre sang-froid. Il doit y avoir une réglementation claire d'en haut sur la façon dont les garderies devraient faire face aux symptômes bénins dans les mois à venir. Et je suis sûr que ça viendra. La pression monte. »(Vb; source: Julia Kirchner)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Rédacteur diplômé (FH) Volker Blasek

Se gonfler:

  • Déclaration de l'association professionnelle des pédiatres (publiée: 9 juin 2020), bvkj.de

Vidéo: Web conférence Maladie de Kawasaki et Covid-19 19 mai 2020 - Pr. Belot (Octobre 2020).