Nouvelles

Corona: Impact économique injustement réparti - le produit intérieur brut baisse


Pandémie Corona: quels effets économiques peut-on attendre?

La crise corona a des conséquences profondes pour le monde et donc aussi pour l'économie allemande. Des chiffres récemment publiés par Eurostat montrent que le produit intérieur brut (PIB) en Allemagne a chuté de 2,4% au premier trimestre de 2020, bien que les conséquences de la pandémie corona ne se soient pleinement concrétisées que dans la seconde moitié de mars. Une baisse à deux chiffres est prévue pour le deuxième trimestre.

L'Institut de Kiel pour l'économie mondiale (IfW Kiel) annonce une baisse de 2,4% du PIB allemand au premier trimestre 2020. Il s'agit de la plus forte baisse depuis la crise financière de 2007 et 2008. En comparaison européenne, la baisse est même modérée. Une baisse encore plus nette est attendue au deuxième trimestre.

L'Allemagne s'est légèrement écartée de la comparaison européenne

Selon l'IfW Kiel, l'Allemagne est encore relativement bonne avec la baisse. En France, le PIB a baissé de 5,8%, en Italie de 4,7%, en Espagne de 5,2%, en Belgique de 3,9% et en Autriche de 2,5 pour cent. Cependant, la pleine ampleur n'est pas attendue avant le deuxième trimestre.

Il n'y a jamais eu autant de travail de courte durée

«La crise de Corona a frappé de plein fouet le marché du travail allemand, jamais auparavant depuis la réunification, plus de personnes enregistrées comme chômeurs d'un mois à l'autre. Les entreprises ont également fait état de chômage partiel pour plus de 10 millions d'employés, le nombre de travailleurs temporaires atteindra certainement un niveau jamais vu auparavant », résume Dominik Groll, responsable de l'analyse du marché du travail à IfW Kiel.

La charge est mal répartie

Le président de l'IfW Kiel, Gabriel Felbermayr, considère que le fardeau économique résultant de la lutte contre le virus corona est injustement réparti. Par exemple, certains secteurs de l'économie, comme le tourisme et la gastronomie, ont été excessivement affectés par les mesures. Les effets résultants pour contenir le coronavirus SARS-CoV-2 profiteraient à la société dans son ensemble.

Les entreprises particulièrement touchées sortiraient surendettées de la crise, ce qui à son tour entraverait la croissance et la reprise de ces entreprises. Par conséquent, selon Felbermayr, la compensation équitable des charges devrait devenir le critère de la politique économique en plus de la limitation des dommages. "S'il n'y a pas de partage des charges, les fonds propres de nombreuses entreprises seront sévèrement attaqués, ce qui pourrait s'avérer être une lourde hypothèque pour une reprise après la crise", prévient Felbermayr dans un communiqué de l'institut économique.

Un manque de ventes, de programmes de crédit, de subventions et d'accords de chômage partiel pourrait sauver de nombreuses entreprises, mais en même temps, la dette de l'entreprise augmenterait. «Si les entreprises savaient maintenant qu'elles ne finiraient pas par rester seules sur les charges, elles pourraient planifier l'avenir avec plus de confiance et avec plus de certitude», souligne Felbermayr. C'est le seul moyen pour que l'aide à la liquidité qui a déjà été décidée soit pleinement efficace.

Proposition pour un partage de charge plus équitable

L'Institut de Kiel pour l'économie mondiale propose donc un système de partage des charges dans lequel l'Etat paie une certaine part de la perte de revenu de certaines industries. Le revenu annuel de 2019 pourrait servir de base. L'aide Corona déjà reçue peut être comptabilisée dans l'équilibrage de charge. Cela incitera à faire mieux.

Les surcoûts ainsi encourus pourraient ensuite être récupérés via la taxe les années suivantes selon certains critères. Cela signifie que la charge n'est pas partagée entre quelques-uns, mais également entre tous. (v)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux exigences de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Rédacteur diplômé (FH) Volker Blasek

Se gonfler:

  • Institut de Kiel pour l'économie mondiale (IfW Kiel): Corona: le PIB allemand baisse de 2,4% au premier trimestre (publié: 30 avril 2020), ifw-kiel.de
  • Institut de Kiel pour l'économie mondiale (IfW Kiel): La hausse record du chômage en avril exagère la véritable ampleur (publié: 30 avril 2020), ifw-kiel.de
  • Institut de Kiel pour l'économie mondiale (IfW Kiel): Felbermayr: les charges Corona sont injustement réparties, compensation nécessaire (publié: 22 avril 2020), ifw-kiel.de



Vidéo: What are the COVID-19 long-term consequences? COVID-19 Special (Juin 2021).