Symptômes

Cicatrisation des plaies - durée et phases


Lorsqu'une plaie se referme, nous l'appelons cicatrisation car le tissu corporel endommagé est reconstruit par un nouveau tissu. Il s'agit d'une auto-guérison du corps, qui peut être médicalement soutenue, par exemple par des pommades, mais aussi par le comportement adapté des personnes touchées. Cependant, la cicatrisation des plaies peut également s'arrêter, faisant de la blessure une plaie chronique, ce qui peut être dangereux.

Guérir les plaies - les faits les plus importants

  • La cicatrisation des plaies n'est pas (par exemple, contrairement aux opérations) un processus artificiel, mais un processus biologique.
  • Il remplace les tissus détruits par des cellules nouvellement formées, bloque les agents pathogènes et forme finalement de nouvelles couches de peau.
  • Le nouveau tissu n'est pas identique à l'ancien, et en plus il est moins élastique au niveau de la suture de la plaie. Une cicatrice se forme.
  • Les traitements médicaux ne provoquent pas la guérison, mais la favorisent. Ils garantissent un environnement sans germes et un environnement humide et chaud dans lequel les tissus peuvent s'accumuler de manière optimale.
  • Des complications peuvent survenir lors de la guérison. Les facteurs de risque vont ici d'un comportement imprudent de la part des personnes touchées, qui stressent la plaie trop tôt et trop fortement, à des maladies telles que le durcissement des artères (artériosclérose) et le diabète, qui entravent le processus de guérison. Des plaies chroniques telles que des escarres peuvent également se développer.
  • Chaque miracle doit être vérifié pour la vaccination contre le tétanos (tétanos) car il ne fonctionne que pendant dix ans.

Comment fonctionne la cicatrisation des plaies?

Il rassemble les tissus séparés. Ce processus commence immédiatement lorsqu'un humain (ou un animal) est blessé. Les plaquettes se fixent au tissu endommagé pour le fermer.

Que fait la médecine?

L'effet de guérison n'est pas déclenché par la médecine, mais l'accompagne plutôt en créant un environnement dans lequel la guérison se déroule le mieux possible. Elle est généralement associée à la douleur, qui est atténuée ou éliminée par les médecins en administrant des analgésiques.

La médecine s'efforce toujours de promouvoir le processus de guérison de telle sorte qu'aucune cicatrice ne soit visible une fois la guérison terminée. Cependant, l'apparence de la cicatrice ne concerne pas seulement les aspects esthétiques, car si elle ne pousse pas bien ensemble, elle peut gêner les personnes touchées même après une guérison réussie.

Avec les vaccinations préventives, la médecine moderne prévient les complications potentiellement mortelles qui peuvent survenir sur la plaie, comme une raideur. Cependant, une intoxication sanguine peut également résulter de la plaie et entraîner la mort de la personne touchée dans un court laps de temps, car les germes infectieux qui se forment sur la plaie pénètrent dans la circulation sanguine. Si des particules étrangères pouvaient pénétrer dans la plaie, par exemple en cas d'accident, la désinfection est indispensable.

Pour les plaies graves, telles que celles causées par des brûlures, des mesures telles que des greffes cutanées peuvent également être envisagées. Si la plaie est grande et ouverte, comme dans une longue incision chirurgicale, les médecins ferment les bords de la plaie avec des sutures, des agrafes ou de la colle. Après ces premiers soins, le personnel médical soigne la plaie. À intervalles réguliers, les infirmières ou infirmiers nettoient la plaie et ses environs et changent le revêtement de la plaie, ce qui se fait par des pansements ou des bandages.

Les phases de guérison

La cicatrisation des plaies se déroule en plusieurs phases successives, bien qu'il n'y ait pas de consensus en médecine sur la manière dont ces phases peuvent être différenciées. En gros, on fait la différence entre la phase de nettoyage et d'inflammation, immédiatement après l'apparition de la plaie, la phase de granulation et la phase de régénération.

Dans la phase inflammatoire, la plaie saigne abondamment - les vaisseaux sanguins sont détruits. Ce saignement peut mettre la vie en danger en raison de la perte de sang dans les grandes plaies, mais en même temps, il a pour effet positif que les corps étrangers sont emportés par la blessure, ce qui pourrait infecter la plaie.

Cependant, les vaisseaux sanguins se rétrécissent rapidement de sorte que le flux sanguin s'arrête. Les vaisseaux sanguins s'élargissent alors à nouveau, la peau de la plaie devient rouge et la température augmente localement.

Les parois capillaires deviennent plus perméables et les cellules sanguines peuvent migrer vers la région de la plaie. Le liquide lymphatique s'échappe des vaisseaux lymphatiques endommagés. Ce liquide supplémentaire fait gonfler le tissu autour de la plaie. Maintenant, du liquide sort de la plaie (exsudat de la plaie) et élimine les tissus cassés, les corps étrangers, les agents pathogènes et les germes. Cette phase dure plusieurs jours. D'un point de vue biochimique, le système immunitaire est particulièrement actif dans cette phase inflammatoire (à deux égards). Premièrement, parce qu'il tue les bactéries, les virus et autres agents pathogènes, et deuxièmement, il commence la guérison elle-même.

La phase de granulation

Après la phase d'inflammation, les fibres de collagène se forment et construisent un nouveau tissu conjonctif sur la plaie. Les cellules y sont stockées, créant des granules, un «tissu granulaire». Cela remplit la plaie de l'intérieur et garantit qu'elle se contracte et se ferme.

Le succès de ce processus dépend fortement de la condition physique des personnes touchées. Les personnes sous-alimentées et / ou sous-alimentées ne peuvent former les granules de tissu que lentement. Cela vaut également pour les personnes souffrant de maladies métaboliques ou dont les systèmes biochimiques ont été endommagés, par exemple par l'alcoolisme. Le stress a également un impact majeur sur la durée de la cicatrisation. La formation du tissu est un processus très complexe. Les fibroblastes produisent des mucopolysaccharides sur lesquels le tissu conjonctif lâche (collagène) peut se développer.

Chez les personnes en bonne santé, le nouveau tissu, dans le cas de petites plaies, se forme en quelques heures. Dans le cas de petites plaies, la formation de nouveaux tissus a lieu en quelques minutes, tandis que dans le cas de grosses plaies, cela peut prendre des semaines avant que suffisamment de nouveau tissu conjonctif remplisse la plaie. Cette phase, au cours de laquelle les granules remplissent la plaie, commence généralement le deuxième jour et se poursuit jusqu'à la fin de la deuxième semaine de cicatrisation. Dans le cas de plaies plus importantes, un tissu cohérent se développe à partir des fibres de collagène le sixième jour.

La régénération

Dans cette phase, le tissu de couverture est restauré. La surface se ferme dès que la plaie est remplie de granules suffisants, d'une part par rétrécissement, mais surtout par des cellules nouvellement formées en surface. Les cellules se déplacent du bord de la plaie vers le milieu.

La régénération fonctionne en douceur lorsque la zone autour de la plaie est humide et chaude, car de nouvelles cellules peuvent facilement pénétrer dans la plaie. Cependant, si la plaie sèche, le processus de guérison est retardé. Le processus de régénération peut être favorisé avec des onguents et des hydratants.

Le tissu granulé accumule des fibres de collagène et de cette manière restaure les couches cutanées jusqu'à ce qu'une nouvelle couche cutanée soit créée à la surface. Étant donné que le nouveau tissu remplace la couche de tissu précédemment détruite, la peau n'est plus comme avant, ce qui se traduit par la formation d'une cicatrice sans fibres élastiques. Au début, cela dépasse de la peau environnante, mais il s'enfonce plus tard dès que le tissu se resserre. Au départ, la cicatrice est d'apparence rouge, mais elle devient blanche après environ un an. De plus, il devient plus résistant et les fibres de collagène se renforcent.

Troubles de la cicatrisation des plaies

Un soutien médical est nécessaire simplement parce que la guérison peut facilement être perturbée par des facteurs externes et internes. Il en résulte souvent des cicatrices laides et des plaies chroniques, dans les cas graves même des infections qui peuvent mettre la vie en danger.

  1. Si la plaie cicatrisante est stressée tôt et / ou trop fortement, vous courez le risque qu'elle ou la cicatrice qui se forme puisse se briser. Cela n'est pas seulement associé à la douleur, cela conduit également à de moins bons résultats du processus de guérison, de sorte que les cicatrices se déforment, par exemple, se déforment.
  2. Si le patient est allongé sur un côté, des escarres peuvent se développer, qui guérissent avec difficulté et retardent la guérison. Les escarres sont une plaie chronique.
  3. Si une plaie est très grande ou infectée, cela conduit souvent à un tissu de granulation massif, ce qui entraîne souvent des cicatrices surdimensionnées et inesthétiques.
  4. Des maladies telles que le diabète ou le durcissement des artères (artériosclérose) ont un effet négatif sur la guérison. Avec l'artériosclérose, le transport sanguin et l'apport d'oxygène sont limités. Le diabète entraîne une mauvaise circulation dans le corps, rendant le système immunitaire incapable de lutter contre les maladies infectieuses.

Que pouvez-vous faire vous-même?

Si vous avez une grosse plaie qui saigne abondamment, veuillez consulter immédiatement un médecin. En cas de coupures et de lacérations, arrêtez d'abord le saignement. Pour ce faire, prenez un morceau de tissu propre, de préférence de la gaze, du coton ou de la gaze, et enfoncez-le dans la plaie.

Si la plaie, telle qu'une abrasion du genou due à une chute du vélo, est sale, elle doit d'abord être soigneusement nettoyée pour éviter les infections et accélérer le processus de guérison. Un chiffon propre imbibé d'eau tiède convient pour cela. S'il y a des objets étrangers plus gros tels que des cailloux dans la plaie, retirez-les avec une pince à épiler. Attention: Si une particule est profondément dans le tissu ou est difficile à retirer, laissez le médecin le retirer.

Après avoir nettoyé la plaie, vous devez appliquer une pommade antiseptique dès que la plaie est sèche. De cette façon, vous évitez les infections.

Si la plaie s'étend sur une plus grande surface, si elle est profonde ou sale, vous devez absolument consulter un médecin.

Un climat humide et chaud est recommandé pour la cicatrisation des plaies. Pour les petites plaies, vous pouvez le faire avec un pansement, pour les plaies plus grandes avec un pansement. Dans ce microclimat, un pH bas protège également contre les agents pathogènes. Le tissu se régénère plus rapidement, la plaie reste plus élastique et des croûtes moins dures peuvent se briser à mesure que la plaie guérit. Si la plaie est humide, vous ne souffrez guère des tensions douloureuses. Vous pouvez également soutenir la régénération avec des pommades respirantes, qui garantissent que la plaie ne se dessèche pas. Le curcuma est un médicament naturel - ses propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes ont déjà été étudiées dans diverses études. (Dr Utz Anhalt)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Dr. phil. Utz Anhalt, Dr. med. Andreas Schilling

Se gonfler:

  • Isolde Rojas, David A. Padgett, John F. Sheridan, Phillip T. Marucha: Stress-Induced Susceptibility to Bacterial Infection during Cutaneous Wound Healing, Brain Behavior and Immunity, (consulté le 26 juin 2019), ScienceDirect
  • Hans Lippert (éd.): Wundatlas - Compendium of complex blessure treatment, Georg Thieme Verlag Stuttgart, 3e édition, 2012
  • Th. Einsiedel, M. Bischoff, S.Kolodziej, M. Vogel, L. Kinzl, A. Schmelz: Reperfusion, infection control and defect coverage - current status of plaie treatment - an overview, Georg Thieme Verlag Stuttgart, (disponible le 26 juin 2019), Thieme
  • Martina Barchitta, Andrea Giuseppe Maugeri, Giuliana Favara et al.: Nutrition and Wound Healing: An Overview Focusing on the Beneficial Effects of Curcumin, International Journal of Molecular Sciences, (consulté le 26 juin 2019), MDPI
  • Mustafa Hussain, Wei Long Ng, Dan Liu et al.: Healing of Chronic Wounds - An Update of Recent Developments and Future Possabilities, Tissue Engineering Part B Reviews, (récupéré le 26 juin 2019), Liebert


Vidéo: Plaies et cicatrisation: CPECP n 2 (Juin 2021).