Nouvelles

Le jeûne peut aider à la thérapie du cancer


Le jeûne à court terme peut rendre la chimiothérapie plus efficace et améliorer la qualité de vie / les résultats de la recherche sur les effets du jeûne chez les patients cancéreux

Le jeûne à court terme améliore apparemment la qualité de vie des femmes pendant la chimiothérapie et les rend mieux tolérées par la thérapie. C'est le résultat d'une étude pilote menée par une équipe de médecins berlinois dirigée par Stephan P. Bauersfeld et le professeur Dr. med. Andreas Michalsen avec 50 patientes atteintes d'un cancer du sein ou de l'ovaire. (BMC Cancer 2018, 18: 476).

Les femmes ont commencé 36 heures avant le début de la chimiothérapie et ont arrêté de jeûner 24 heures après la fin de la chimiothérapie, qui consistait en six cycles de traitement. Pendant le jeûne, les patients étaient autorisés à consommer de l'eau, des tisanes, du jus de légumes et du bouillon de légumes avec un maximum de 350 kilocalories (kcal) par jour. Selon l'étude, les femmes ont bien toléré le jeûne de courte durée, la qualité de vie était moins affectée que dans le groupe témoin sans jeûne. De plus, la fatigue a été réduite au cours de la première semaine après la chimiothérapie.

Une étude pilote de Berlin avait déjà conclu en 2015 que le jeûne à court terme est sans danger et peut réduire les effets secondaires sur le tableau sanguin. Chez les femmes à jeun z. B. les globules rouges (érythrocytes) ont récupéré plus rapidement. (de Groot S et al./BMC Cancer 2015). Suite aux résultats positifs de l'étude pilote, une étude de suivi randomisée «Nouveaux régimes accompagnant la chimiothérapie des cancers gynécologiques» est actuellement en cours.

Vérifier le jeûne individuellement

En naturopathie, le jeûne a fait ses preuves comme un «jeûne thérapeutique» dans le sens du nettoyage et de la détoxification du corps. Il peut également être utile pour passer à une alimentation saine, en particulier pour les patients atteints de cancer. «Le fait que le jeûne soit utile pour le cancer dépend de nombreux facteurs», déclare le Dr. György Irmey, directeur médical de la Society for Biological Cancer Defense e. V. (GfBK) à Heidelberg. GfBK déconseille le jeûne en cas de faiblesse physique sévère ou de perte de poids. "Une cure de jeûne qui dure plus de quatre jours nécessite un soutien professionnel, même pour les personnes en bonne santé, en particulier pour les patients atteints de cancer."

Jeûne d'intervalle utile

Dr. Anette Jänsch, co-auteur de l'étude de Berlin de 2018, considère le jeûne par intervalles comme un complément utile au jeûne à court terme. Il y a une pause-repas de 14 à 16 heures, par exemple entre le dîner et le petit-déjeuner. Lors du 19e congrès patient-médecin de la GfBK les 18 et 19 mai 2019 à Heidelberg, le médecin fera la lumière sur le thème du «jeûne et une alimentation saine avec des thérapies stressantes». Des chercheurs de San Diego ont examiné les effets de périodes de jeûne plus longues sur 2413 patientes atteintes d'un cancer du sein dans l'étude «Women's Healthy Eating and Living» (Marinac CR et al./JAMA Oncol 2016). Le résultat: chez les femmes qui dormaient plus longtemps et étaient à jeun pendant plus de 13 heures, le risque de développer à nouveau un cancer du sein a été réduit de 36 pour cent dans les premiers stades.

Le jeûne à court terme peut-il réduire les tumeurs cancéreuses?

Le jeûne semble rendre les cellules cancéreuses plus vulnérables. Lors d'expérimentations animales, une équipe de recherche dirigée par le professeur Valter Longo à Los Angeles a montré que la chimiothérapie était plus efficace chez les souris si elles ne mangeaient rien deux à trois jours à l'avance (Lee C et al./Science Trans-lational Medicine 2012). La raison, selon Valter Longo, est "la résistance différentielle aux contraintes". Les cellules saines et les cellules tumorales réagissent différemment au manque de sucre avec une réduction calorique plus longue. «Selon l'évolution, une cellule corporelle saine est mise en place pour les périodes de faim, puis ralentit son cycle de division cellulaire. Il passe en mode économique, pour ainsi dire, et résiste au stress », explique le Dr. Annette Jansch. Les cellules tumorales, en revanche, réagissent à la carence en sucre avec le stress et sont plus facilement attaquées par les médicaments de chimiothérapie.

Dr. Annette Jänsch donne deux conférences lors du 19e congrès patient-médecin "Décidez par vous-même" (18 mai 2019):

1. "Jeûne et nouvelles stratégies nutritionnelles pendant la chimiothérapie chez les patientes atteintes d'un cancer du sein", 18 mai 2019, 16h45-17h30.

2. «Jeûner et manger sainement avec des thérapies stressantes» 19 mai 2019, 15 h 00 - 15 h 30
Lien vers le site du congrès: https://www.biokrebs-kongress.de/referenten/dr-med-annette-jaensch

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Tendance jeûne (Juin 2021).