Nouvelles

Il y aura des changements profonds dans les soins de santé en 2019


Cela changera en 2019 dans le secteur de la santé

Avec le début de l'année et au cours des premiers mois de 2019, d'importantes nouvelles réglementations dans le secteur de la santé entreront en vigueur. Entre autres, les cotisations supplémentaires des assureurs maladie statutaires seront désormais payées à parts égales par les employeurs et les salariés, les petits indépendants seront libérés des cotisations et les délais d'attente pour les rendez-vous de spécialistes devraient être réduits à l'avenir. Les changements les plus importants en un coup d'œil.

La Health Knowledge Foundation a résumé les changements les plus importants dans le secteur de la santé pour l'année à venir dans un communiqué de presse. La plupart des gens remarqueront probablement d'abord la nouvelle réglementation des cotisations complémentaires d'assurance maladie. À partir du 1er janvier 2019, les taux de cotisation supplémentaires destinés à couvrir les frais seront partagés entre les caisses légales d'assurance maladie des salariés et des employeurs. Jusqu'à présent, l'assuré devait supporter seul ces frais. En moyenne, ces coûts représentent 0,9% du revenu contributif.

Les petits indépendants paient moins de cotisations

Les entrepreneurs et les indépendants à faible revenu doivent souvent verser des cotisations disproportionnellement élevées à leur caisse maladie. A partir de 2019, les cotisations minimales des indépendants seront assimilées à celles des assurés volontaires dans les caisses légales d'assurance maladie. Selon la Health Knowledge Foundation, la contribution minimale à l'assurance maladie pour les indépendants passe de 360 ​​EUR à environ 156 EUR.

Le plafond de revenu de l'assurance maladie privée augmente

Les fonctionnaires, les indépendants, les étudiants et les indépendants peuvent à tout moment passer à une assurance maladie privée. Les employés ne peuvent le faire qu'à partir d'un certain revenu. En 2018, il s'agissait d'un revenu annuel d'au moins 59.400 euros. La limite sera portée à 60750 euros en 2019. En outre, le plafond dit de cotisation, qui indique le salaire jusqu'à concurrence duquel les cotisations aux caisses légales d'assurance maladie augmentent en pourcentage. En 2019, le plafond sera porté de 53.100 euros de revenus annuels à 54.450 euros.

Entrée en vigueur de la Loi sur le service et l'approvisionnement

La soi-disant loi sur les services de nomination et les fournitures doit entrer en vigueur le 1er avril 2019. Entre autres, cette loi oblige les médecins à offrir au moins 25 heures de consultation par semaine aux patients de l'assurance maladie légale. Jusqu'à présent, les spécialistes n'étaient tenus de donner que 20 consultations par semaine. De plus, les spécialistes résidents tels que les gynécologues, les ophtalmologistes ou les oto-rhino-laryngologistes devraient offrir au moins une heure de consultation de cinq heures par semaine sans rendez-vous.

L'assurance sociale devient plus chère

La contribution à l'assurance sociale de soins de longue durée sera augmentée à partir du 1er janvier 2019. Les assurés paieront désormais un demi pour cent de plus à l'avenir. Ainsi, les coûts s'élèvent à 3,05 pour cent du revenu brut. Les assurés sans enfants paient désormais 3,3% de leurs revenus.

Dépistage organisé du cancer colorectal

La détection précoce du cancer colorectal devrait s'améliorer à partir de l'été 2019. Les hommes de plus de 50 ans et les femmes de plus de 55 ans recevront alors une invitation de leurs assureurs maladie pour un dépistage gratuit du cancer du côlon. Les assurés reçoivent également des informations sur les enquêtes, la protection des données, les droits d'opposition et les évaluations des programmes.

Plus d'innovations

Les lois sur le don d'organes doivent être modifiées à la mi-2019. Le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn souhaite mettre en œuvre la solution dite de la double contradiction. Cela signifie que tout le monde devient un donneur d'organes s'il ne s'y oppose pas activement.

Les patients ont désormais légalement droit à un deuxième avis médical pour la chirurgie des amygdales et l'ablation de l'utérus. Les médecins doivent ensuite remettre, entre autres, tous les documents relatifs aux découvertes. À l'avenir, ce droit devrait également être étendu à d'autres opérations qui peuvent être planifiées.

À partir de janvier 2019, les personnes nécessitant des soins à partir du niveau 3 devraient voir leurs factures simplifiées si elles prennent un taxi pour se rendre chez le médecin. Avec la question du niveau de soins, ces coûts sont considérés comme approuvés à l'avenir et ne doivent pas être demandés séparément. (v)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: 432 Hz Cleanse Negative Energy, Binaural Beat, Healing Meditation, Energy Cleanse (Octobre 2020).